Brèves

"Pari réussi pour Paris ! " Impressions sur le voyage culturel organisé par la plateforme PULSART, dans la Ville lumière, le 25 novembre

Nous étions quelques ittrois (et sympathisants), parmi les 91 participants inscrits pour le voyage PULSART à se retrouver, de grand matin et sous un ciel plutôt maussade, au parking de délestage pour embarquer à destination de Paris pour une journée culturelle bien remplie. Voyez plutôt…

08h00-11h30 : « En voiture ! »

Ou plutôt en car… 3h30 de trajet (ponctué d’une petite pause) durant lesquelles les visiteurs du jour ont pu parcourir à leur aise le carnet de visite reçu à leur arrivée et écouter, avec attention, les présentations des artistes et expositions qu’ils allaient bientôt découvrir. Pas de souci sur la route malgré certaines actions, menées en ce jour, par le mouvement des « gilets jaunes ».
11h30 : « La Fondation Louis Vuitton : Egon Schiele (1890-1918) et Jean-Michel Basquiat (1960-1988)
La Fondation Louis Vuitton nous propose deux expositions majeures, dédiées à deux météorites, deux créateurs, deux artistes subversifs à la rage déterminée et au coup de crayon fougueux et décisif dans l’histoire de l’art. « La nudité crue des corps de Schiele », « la fulgurance de Basquiat »,… : Le langage inédit de deux  génies qui, chacun à leur époque, ont provoqué le conservatisme et se sont libérés de l’académisme ambiant pour redéfinir et repousser les frontières de l’art ! Outre les tableaux des deux maîtres, le visiteur a pu admirer l’écrin de verre et d’acier, qu’est le splendide bâtiment, dessiné par Frank Gerhy et érigé en 2014 pour la fondation. Notamment pendant le relativement long temps d’attente qu’il nous a fallu patienter avant d’entrer en raison de l’affluence remarquable et des contrôles de sécurité drastiques !

14h00 : « Paris, ville des merveilles »

Pendant l’heure du repas et durant les temps libres, variables selon les groupes, libre cours était donné à chacun d’apprécier les majestueux bâtiments des beaux quartiers du centre et de profiter de l’ambiance particulière de la ville : tour Eiffel, champs de Mars, Hausman, Champs-Elysées, mais aussi terrasses aux nappes blanches et gastronomie. Bien souvent au prix du ‘’Tout-Paris’’ malheureusement !
15h15 : « La cité de l’architecture : galerie d’architecture moderne et contemporaine »
Ceux qui avaient pris le « passe gourmand » ont pu visiter une partie de la cité de l’architecture. Le génie des bâtisseurs (français) des XIXe, XXe et XXIe siècles était ici exposé et expliqué au néophyte de manière très claire via de nombreuses maquettes, des dessins et des ouvrages, enrichis de photographies et de films historiques qui s’attelaient à présenter l’architecture et la ville sous l’angle du bâti autant que du vécu. On retiendra tout particulièrement la transcription à échelle un d’un appartement type de l’unité d’habitation de Marseille (Le Corbusier, 1945-1952) qui permet au visiteur de se rendre compte de la matérialité, de l’échelle et de la spatialité d’un édifice emblématique d’un courant de pensée architecturale majeur du XXe siècle : le fonctionnalisme
.
16h45 : « Palais de Tokyo : ON AIR, carte blanche à Tomas Saraceno »

Pour clôturer cette belle journée, nous sommes partis à la découverte, poétique, de la pensée systémique de Tomas Saraceno. Un artiste pluridisciplinaire, sorte de ‘’Léonard de Vinci du XXIe siècle’’, qui propose une réflexion novatrice sur le monde et les défis climatiques via les araignées, la poussière, les mouvements de l’air, les ondes, etc. Une visite passionnante guidée par une médiatrice culturelle… passionnée !

18h30 : « Retour au bercail »

Des souvenirs plein la tête (et des fourmis dans les jambes pour certains), c’est le sourire aux lèvres que nos participants ont regagné leurs pénates après cette intense journée riche en émotions, découvertes et plaisirs.

On vous donne rendez-vous au prochain voyage ! Restez attentifs, les infos ne tarderont pas à arriver ! … Et surtout, soyez réactifs, les places sont comptées !

Au plaisir de vous y voir.
Karim Sarton
Date de dernière mise à jour : 08/10/2015
Pascal Henry, 1er Echevin
Un projet de vie au service des citoyens

Du hasard de son arrivée à la certitude de son engagement

Pascal Henry, 54 ans, marié, deux enfants, est courtier en assurances depuis plus de 25 ans. Son bureau de courtage, H&Co sprl, est implanté à Virginal depuis presque 20 ans. Arrivé par le fruit du hasard, dans le village  (Pascal et sa famille, résidents à Oisquercq, cherchaient un terrain pour construire à proximité de leur lieu de vie), il s’est rapidement intégré à la vie de la commune. De par son emploi, où il fut amené à rencontrer pas mal de monde. Via le parcours scolaire et extra-scolaire de ses enfants : ce qui l’a conduit à participer à de nombreuses activités et à s’impliquer dans l’Association des Parents de l’école. Enfin, par son engagement dans diverses associations (la JSI, COMARTAGRIND,…), dont il fait encore partie aujourd’hui et qui lui ont permis, non seulement, de rencontrer de nouvelles personnes, mais aussi de s’investir dans pas mal de projets.


Christian Fayt, nouveau Bourgmestre à Ittre
Ittre : l’aboutissement d’un long engagement en politique.

Quand la passion pour la forêt mène à la politique.

Cela fait près de 25 ans que Christian Fayt est impliqué dans la politique ittroise. Arrivé à Ittre en 1985 pour gérer le Bois des Nonnes à Fauquez (son cursus scolaire l’a mené vers des études forestières), Christian Fayt y prend racine, achète une maison et s’y installe en famille.
Par la suite, élu président des 500 agents de forêts qui géraient nos forêts à l’époque, il arriva très vite à la conclusion que pour faire avancer les projets qui lui permettraient de gérer au mieux les hectares dont il avait la responsabilité, l’investissement en politique était une approche à ne pas négliger.  

En 1994, lors de sa première tentative sur la liste PA, il est élu conseiller communal avec 89 voix. Six ans plus tard, il se représente et double son score. Expert détaché au cabinet du ministre de l’agriculture José Happart (PS) de 2001 à 2003, il y parfait son expérience politique.  Et c’est comme membre de Ittre+ (PS) qu’il devient finalement Echevin au sein du Collège communal en 2006 (au sein d’une coalition Ittre+/Ecolo/PA) puis en 2012 (au sein d’une coalition Ittre+/IC).
 
Sa désignation aujourd’hui au poste de Bourgmestre est, à ses yeux, l’aboutissement heureux du travail mené durant toutes ces années au sein des différentes fonctions politiques et professionnelles qu’il a assumé à Ittre. Même s’il souligne que ce n’était pas un objectif en soi lorsqu’il a démarré en politique. « Ce qui est primordial pour moi c’est de voir comment on peut faire avancer les choses quand on unit des forces de bonne volonté qui nous aident à frapper aux bonnes portes pour convaincre du bien-fondé d’un projet », nous confiera-t-il.

login Design by ArtWhere - Powered by Neo-CMS