Brèves

Bee ô Village : une coopérative pour les produits locaux et biologiques

Le 11 mars se tenait à l'Étable d'Hôtes une réunion d'information sur Bee Ô Village. Ce projet de coopérative de vente de produits locaux, du terroir, bio, en circuit court, de petite restauration et de service traiteur a vu le jour au sein de l'épicerie de la Rue Planchette alors mise à mal par de lourds travaux. Fettouma Kabal, gérante, et Kathleen Goffart, habitante d'Ittre et amie, ont alors eu la volonté de créer un autre type de commerce. La volonté est aussi de faire de ce lieu un endroit convivial de rencontre et d'échange où il fera bon se poser et dans lequel différentes activités pourront être organisées.

L'offre voudra être la plus complète possible : de l'alimentation fraîche, de conservation, des produits secs, du vrac, de la boulangerie, du surgelé ainsi que des boissons. Sans oublier les produits d'entretien, les cosmétiques mais également les compléments alimentaires. Il y a également une volonté de valoriser les producteurs locaux et de donner de l'information sur les produits, choisis pour leur qualité.

L'inspiration vient du cas d'une épicerie de Virton passée en coopérative pour sauver le commerce. L'ancienne épicerie de la rue Planchette a fermé ses portes et une équipe de travail s'est constituée et présentait le nouveau projet lors de cette soirée. Plus de 75 personnes sont venues écouter, questionner et s'intéresser à l'initiative. Les questions ont porté sur le passé du magasin, mis en faillite au mois de juin, sur le lieu et notamment sur le risque d'inondations ainsi que sur la concurrence au sein même du village. La faillite de l'ancienne supérette n'aura aucune incidence sur la coopérative, nouvelle structure juridique. L'ancienne épicerie se tiendra au même endroit, lieu de commerce historique et la coopérative suivra de près les mesures prises par la commune pour prévenir les inondations. Quant à l'offre de ce nouveau magasin, elle est très différente de celle du magasin de Huleu et du Deli Traiteur. Enfin, d'autres questions ont aussi porté sur le statut de coopérateurs.

Une structure de coopérative :

Le 20 mars la Société Coopérative à Responsabilité Limitée et à finalité sociale (SCRL à finalité sociale) était créée par 4 femmes : Fettouma Kabal, Kathleen Goffart, Fouzia Kabal et Karin Delporte.

Le but social de Bee Ô Village est la création du lien social avec un accent sur le local ainsi que la promotion et la vente d'activités et de produits sains pour l'homme et son environnement. Dans ce type de société, une part des bénéfices est vouée au but social.

Les fondatrices investissent à elles quatre 20.000 €. Le budget de lancement de l'activité a été estimé à 95.000 €. Pour obtenir un prêt auprès de Crédal (organisme financier alternatif qui suit le projet) à des conditions intéressantes, il faut 1/3 de fonds propres. Le but de la réunion était donc de faire connaître le projet, d'informer mais également de faire un appel aux coopérateurs afin de réunir au minimum les 12.000 € manquants. L'ouverture du magasin est prévue dans le courant du printemps.

On devient coopérateur en achetant 2 types de part : une (ou plusieurs) part à 250 € (parts B, les A étant celles des fondatrices) ou à 100 € (parts C).
Les coopérateurs sont membres de la coopérative et sont invités à participer à l'Assemblée générale à laquelle une personne a une voix, quel que soit le type et le nombre de parts possédées par chacun. Les coopérateurs participent donc à la gestion de la société. Les décisions sont approuvées à la majorité simple parmi les voix de l'ensemble des coopérateurs (garants (A) et ordinaires (B et C) ensemble) ainsi qu'à la majorité simple parmi les voix des coopérateurs garants. En effet, les fondatrices sont les garantes des valeurs de la coopérative, présentes depuis la création de celle-ci.
La participation bénéficiaire des associés sera de 1 à 6% maximum à partir du 3e exercice.

A l'issue de cette soirée, 11 personnes se sont proposées pour devenir coopérateurs et d'autres ont laissé leurs coordonnées. Ce nombre n'a fait que croître depuis la réunion et plus de 5.000 € ont été récoltés.

Plus d'info et inscription sur www.bee-o-village.be.

Aude Jacomet
Date de dernière mise à jour : 08/10/2015
Pascal Henry, 1er Echevin
Un projet de vie au service des citoyens

Du hasard de son arrivée à la certitude de son engagement

Pascal Henry, 54 ans, marié, deux enfants, est courtier en assurances depuis plus de 25 ans. Son bureau de courtage, H&Co sprl, est implanté à Virginal depuis presque 20 ans. Arrivé par le fruit du hasard, dans le village  (Pascal et sa famille, résidents à Oisquercq, cherchaient un terrain pour construire à proximité de leur lieu de vie), il s’est rapidement intégré à la vie de la commune. De par son emploi, où il fut amené à rencontrer pas mal de monde. Via le parcours scolaire et extra-scolaire de ses enfants : ce qui l’a conduit à participer à de nombreuses activités et à s’impliquer dans l’Association des Parents de l’école. Enfin, par son engagement dans diverses associations (la JSI, COMARTAGRIND,…), dont il fait encore partie aujourd’hui et qui lui ont permis, non seulement, de rencontrer de nouvelles personnes, mais aussi de s’investir dans pas mal de projets.


Christian Fayt, nouveau Bourgmestre à Ittre
Ittre : l’aboutissement d’un long engagement en politique.

Quand la passion pour la forêt mène à la politique.

Cela fait près de 25 ans que Christian Fayt est impliqué dans la politique ittroise. Arrivé à Ittre en 1985 pour gérer le Bois des Nonnes à Fauquez (son cursus scolaire l’a mené vers des études forestières), Christian Fayt y prend racine, achète une maison et s’y installe en famille.
Par la suite, élu président des 500 agents de forêts qui géraient nos forêts à l’époque, il arriva très vite à la conclusion que pour faire avancer les projets qui lui permettraient de gérer au mieux les hectares dont il avait la responsabilité, l’investissement en politique était une approche à ne pas négliger.  

En 1994, lors de sa première tentative sur la liste PA, il est élu conseiller communal avec 89 voix. Six ans plus tard, il se représente et double son score. Expert détaché au cabinet du ministre de l’agriculture José Happart (PS) de 2001 à 2003, il y parfait son expérience politique.  Et c’est comme membre de Ittre+ (PS) qu’il devient finalement Echevin au sein du Collège communal en 2006 (au sein d’une coalition Ittre+/Ecolo/PA) puis en 2012 (au sein d’une coalition Ittre+/IC).
 
Sa désignation aujourd’hui au poste de Bourgmestre est, à ses yeux, l’aboutissement heureux du travail mené durant toutes ces années au sein des différentes fonctions politiques et professionnelles qu’il a assumé à Ittre. Même s’il souligne que ce n’était pas un objectif en soi lorsqu’il a démarré en politique. « Ce qui est primordial pour moi c’est de voir comment on peut faire avancer les choses quand on unit des forces de bonne volonté qui nous aident à frapper aux bonnes portes pour convaincre du bien-fondé d’un projet », nous confiera-t-il.

login Design by ArtWhere - Powered by Neo-CMS