Brèves

Aurélie Poulaint, Conseillère Communale et étudiante

Etudiante en Master de Communication Multilingue, Aurélie Poulaint, reconnaît qu'un poste de Conseillère Communale implique quelque chose dont elle manque parfois avec ses études : du temps. Mais bien que ce soit de temps en temps compliqué, elle ne regrette pas de s’être lancée dans cette aventure.

Aurélie Poulaint a décidé de tenter sa chance aux dernières élections, et occupe désormais un poste de Conseillère Communale pour le groupe IttrePlus. Cette étudiante, bercée par la politique communale depuis son plus jeune âge par son papa, a très vite pris goût à cela. " Je suis passionnée par la politique. Et comme toute passion, il m'arrive souvent de m’énerver à cause de la politique. Ce sont des thématiques qui prennent vraiment à cœur quand on s’y passionne. "

Quand elle a décidé de se présenter pour cette nouvelle aventure, Aurélie Poulaint a eu droit à des réactions étonnées de la part de ses amis du même âge : c’était, pour eux, une chose hyper courageuse que de s’inscrire sur les listes, quoiqu’un peu bizarre. Se présenter pour intervenir dans la vie politique, pour une étudiante, ce n’est pas vraiment commun. Pourtant, la jeune élue y voit une réelle opportunité de vivre une expérience nouvelle et enrichissante.

Dès le début, Aurélie voulait faire entendre la voix des jeunes. « J’aimerais orienter la politique vers les jeunes. Ce n’est pas seulement quelque chose qu’ils ne comprennent pas, j’aimerais qu’ils sachent que la politique est aussi là pour eux. Je me rends bien compte que la politique ne peut pas passionner tout le monde, jeune ou moins jeune d’ailleurs, mais elle est là pour être utile à tous. » Dès que la jeune Conseillère en a l’occasion, elle essaye de remettre les intérêts de la jeunesse au cœur du débat, afin de la servir au mieux. « Je ne me suis parfois pas sentie assez écoutée, à tort ou à raison. J’ai donc décidé d’essayer de faire bouger les choses. »

Dans les autres thématiques qui lui tiennent à cœur, on retrouve notamment l’environnement. Aurélie Poulaint a conscience de l’importance de la survie de notre planète, et tâche également de veiller à cela dans les débats auxquels elle est amenée à participer. « On a beau parler argent, budget, ou entreprises, sans notre planète, on ne fait rien ! » En tant que jeune qui va devoir s’installer dans un « chez soi » un jour, elle suit également avec beaucoup d’intérêt les dossiers sociaux et les choses que met en place la commune, notamment via les maisons « tremplins » pour les jeunes.

Quand on lui demande si sa jeunesse est un atout ou un handicap pour occuper son poste de Conseillère, Aurélie est mitigée. « C’est parfois compliqué de n’avoir qu’une vingtaine d’années et un réel avis sur des thématiques. Mais pourtant, j’ai eu la chance d’être dans un groupe politique où mon avis est pris en compte et où je peux vraiment faire partie de cette expérience. » Qui plus est, la jeune conseillère a reçu énormément de conseils de la part de ses collègues. Elle estime avoir déjà énormément appris, et sortira sans aucun doute grandie de ce premier mandat.

Et pour la suite ? Aurélie Poulaint ne sait pas encore si elle se représentera tout de suite. Actuellement, la priorité est à la réussite de ses études, et elle avoue ne pas avoir pris le temps d’y réfléchir comme elle le voudrait. « Mais ce qui continuera de toute façon à m’intéresser, c’est le fait de pouvoir donner mon avis. Je peux continuer à le faire à travers d’autres instances, comme le Conseil Consultatif de la Jeunesse par exemple. C’est une autre implication, qui ne demande pas d’élections, et qui, à force de se concentrer sur une seule thématique, permet d’aller plus vite dans les discussions. » Quoi qu’il en soit, la jeune Conseillère ne se voit actuellement pas à un autre niveau que le communal, où on peut vérifier l’avancement des choses, et avancer sur du concret. Et quoi qu’il arrive, elle souhaite rassurer tout le monde « Je ne veux pas (encore) devenir maître de l’univers ».

Julie Duthy

Date de dernière mise à jour : 08/10/2015
Le hockey enfin à Virginal
Créé en juin 2012, le club de hockey local, le Lynx Hockey Club Ittre, vient de terminer sa cinquième saison.
Nul ne peut ignorer le chantier qui apportera aux sportifs de la commune la possibilité de pratiquer son sport dans les meilleures conditions : un terrain adapté à notre sport.  Et parmi ceux qui ne peuvent l’ignorer : les joueurs de hockey eux-mêmes ! Fini donc les entraînements sur terrain de foot, terrain de tennis ou cours de récréation, place au hockey à domicile.


Arnaud Larcier, un bassiste de Virginal
C’est sur la terrasse de sa maison, à la rue du Rouge Bouton, que nous reçoit Arnaud Larcier, le bassiste du groupe Biillions of comrades.  L’occasion d’évoquer son parcours et de mieux connaître ce groupe de pop-electro-rock qui se produira le 24 juin à la salle de Zik-Zak, à quelques centaines de mètres de là.
login Design by ArtWhere - Powered by Neo-CMS