Brèves

6 cambriolages à Virginal pour le Nouvel An

Les médias et réseaux sociaux ont relayé l’information en abondance : 6 habitations des rues Rouge Bouton et Dujacquier ont été cambriolées pendant la nuit de la Saint Sylvestre.  Une mauvaise surprise pour les habitants, qui ont retrouvé leur maison cambriolée après une nuit de fête : « C’est dur à vivre.  Pas tellement pour les choses matérielles qui ont été volées, même si les assurances ne remboursent jamais l’intégralité, mais surtout parce qu’on se sent violé, et en insécurité chez soi. J’avais pourtant veillé à améliorer la sécurité de la maison, mais cela n’a pas suffi.  Ils n’ont peur de rien.  Depuis j’ai des insomnies.  Maintenant, on se serre les coudes entre voisins, on se protège les uns les autres, on prévient quand on s’absente.  Cela a un côté rassurant. » explique Sophie Hanoteau, victime d’un cambriolage.

Si l'enquête est encore en cours, ce sont probablement les mêmes auteurs qui ont perpétrés ces cambriolages. Depuis cette triste nuit, les rumeurs les plus diverses ont fleuri sur la situation à Ittre, parlant d’une vague de cambriolages. Pourtant, si vague il y a eu, c’est le 1er janvier qu’elle a eu lieu selon la police. " Depuis cette date, nous avons enregistré un seul cambriolage sur Ittre, dans le quartier de Baudémont. Et c’est un cas isolé par rapport aux 6 autres. " explique la Commissaire Liberloo, Directrice de la proximité à la Zone de Police Ouest Brabant wallon.

Suite aux cambriolages et à l’insécurité ressentie par les riverains, le Bourgmestre a pris des mesures : « Nous avons demandé à la police d’intensifier les patrouilles et nous soutenons la création de PLP. L’une sera mise en place à Huleu, l’autre à Virginal. Une réunion est prévue en février » explique Ferdinand Jolly.

Un PLP, c’est un Partenariat Local de Prévention : « Le but d’un PLP est d’améliorer la cohésion sociale et la communication avec la police. Dans la pratique, le PLP est coordonné par un citoyen volontaire au sein d’un quartier, qui sert de relais avec la police. Ce qui est important, c’est qu’il y a un cadre légal qui l’entoure, pour éviter les dérives. Une charte est mise en place avec les citoyens. Et la communication se passe dans les 2 sens : des citoyens vers la police, en cas d’agissements suspects, mais aussi de la police vers les habitants, pour attirer leur attention sur certains phénomènes. En cas de problème, il y a 2 cas de figure : soit la situation est urgente, et le 101 reste la référence, soit il s’agit d’une situation non-urgente, et la communication se fait avec un policier référent au travers du PLP. Des panneaux 'Ensemble, veillons à notre sécurité’ sont aussi installés dans le quartier. » explique la commissaire Liberloo.

Et cela a-t-il un impact sur la criminalité dans le quartier ? « Difficile à évaluer. Mais ce qui est sûr, c’est que cela diminue l’impression d’insécurité et augmente la cohésion sociale au sein d’un quartier » conclut-elle.

D’autres services policiers gratuits peuvent améliorer la sécurité de votre habitation : le Service Prévention Vol (un spécialiste vous conseille pour les aménagements de sécurité de votre maison) et la surveillance des habitations pendant les vacances. Si vous êtes intéressés, vous pouvez prendre contact avec votre agent de quartier, l’antenne de police d’Ittre (067/64.75.78) ou à la direction de la proximité de la zone de police (dirprox@policeouestbw.be). Vous pouvez également contacter ces services pour la création d’une PLP dans votre quartier.

Ludovic Devriendt

Date de dernière mise à jour : 08/10/2015
Le potager communal fait peau neuve
Le potager communal  (le potager du Ry Ternel) est installé dans les prolongements des terrains de football, rue Jean Jolly à Ittre.
Rencontré dans les longs prés : L'escargoline de la Maisonnée
Sympathique rencontre l’autre jour dans les longs prés entre Ittre et Haut-Ittre. Un chouette convoie avec à bords des pensionnaires de la Maisonnée.
login Design by ArtWhere - Powered by Neo-CMS