Brèves

Sylvie Hautenauve, directrice de l'école libre de Virginal

Cela fait maintenant 10 ans que Sylvie Hautenauve était directrice des écoles libres d’Ittre et de Virginal.  Depuis le mois de septembre, elle se consacre à plein temps à l’école libre de Virginal, depuis que Béatrice Grégoire a repris la direction d’Ittre (voir le Petit Tram de novembre dernier).

Mais l’arrivée de Sylvie Hautenauve remonte bien avant.  Depuis toujours en fait.  Née à Hennuyères, «au coin du Bois de la Houssière» aime-t-elle préciser, elle entre à l’école maternelle de l’école libre de Virginal.  Elle ne la quittera pratiquement pas jusqu’à aujourd’hui.  Après les maternelles, les primaires, les secondaires et l’école Normale aux Sacrés Cœurs de Virginal, elle devient institutrice primaire à l’école normale de Braine-le-Comte.  De 1990 à 1993, elle revient à Virginal, avant d’enseigner à l’école libre d’Ittre.  En 2006, Sylvie Hautenauve reprend la direction des 2 implantations des écoles libres d’Ittre et de Virginal.  En septembre 2016, suite à une demande de Sylvie, une direction est mise en place pour chaque implantation.  «C’était difficile d’être partout en même temps» explique-t-elle «Je ne m’en sortais plus. Nous l’avons fait quand nous avions assez d’élèves pour le faire.  Avec le recul, je ne comprends pas comment j’ai tenu 10 ans.»
Reste un choix cornélien pour la directrice des écoles : où aller ?  Ittre ou Virginal ?  Le choix fut fait à sa place : «Pour implanter 2 directions, nous avons dû créer une nouvelle école à Ittre, on n’a pas eu le choix.  Et d’ailleurs, je ne voulais pas choisir.  Je suis donc resté à Virginal et Béatrice a été engagée à Ittre».  Et lorsque l’on évoque la nouvelle directrice d’Ittre, Sylvie est enchantée : «Je m’entends bien avec Béatrice, on voit les choses de la même manière.  On travaille à deux, pour garder le lien entre les 2 écoles.  Il y a toujours des professeurs présents sur les 2 implantations.  On se voit toutes les semaines et on prépare la gazette des parents.  Le secrétariat reste 4 également commun aux 2 écoles.  Cela a été construit pour rester ensemble.»
Avec sa présence continue dans l’école de Virginal, Sylvie Hautenauve a pu reprendre le contact avec les enfants et les parents : «Le vendredi, je suis en classe avec les enfants, et j’arrive à refaire ce qui me plait dans ce boulot.  Je suis aussi devant la grille de l’école tous les jours, cela aide les enseignants et j’ai un contact direct avec les parents.»
Des projets pour l’école ?  «On va se lancer dans Prof’Essor, qui est un projet axé sur un co-développement professionnel.  Tous les projets de l’école viendront de là.» explique la directrice.  Prof’Essor est un programme destiné à aider les enseignants à partager et à améliorer leurs pratiques.   Il est basé sur 3 axes qui vont demander un changement de culture au sein de l’équipe éducative : le tableau blanc (sur lequel les enseignants déposent leurs préoccupations et souhaits pédagogiques pour les traduire en objectifs et actions), les visites pédagogiques (un professeur va observer, dans la classe d’un collègue, une pratique particulière) et les partages pédagogiques (qui permettent de formaliser des réflexions, des recherches et des nouvelles pratiques).  «Mais pour cela, nous avons besoin d’une salle des profs spécifique, qui permettra de le mettre en place.» conclut Sylvie Hautneauve

Ludovic Devriendt
Date de dernière mise à jour : 08/10/2015
Virginal en fête : un nouveau comité débordant d'enthousisme !
Sens de l’accueil, sourire et bonne humeur ! Ce sont probablement les mots qui illustrent le mieux l’ambiance que j’ai découverte au sein du nouveau comité de Virginal en Fête.   Un comité qui non seulement déborde de bonne humeur mais aussi d’envie de se bouger un maximum pour faire vivre un village que tous adorent : Virginal.
Les Grands Feux d'Ittre battent un nouveau record
L’hiver a vraiment eu peur.  Alors que la semaine s’annonçait pluvieuse, les Grands Feux ont amené le grand beau temps, avec des températures qui ont donné l’envie à 1500 participants de se joindre à la manifestation.   Un record. Il est vrai que le bonhomme hiver n’avait pas été épargné, dès les premières minutes de la soirée.  L’atelier théâtral de l’Art qui show avait organisé le procès du bonhomme hiver.  A charge et à décharge, en compagnie du procureur (Gus de l’Etable d’Hôtes), des bourreaux (Attention jongleurs), des avocats (Art qui show) et des jurés (le public tout entier), le Bonhomme hiver a finalement été condamné à être brûlé sur le bucher préparé l’équipe de Grégory Van Driessche, au rythme de la Fanfare d’Ittre.
Et ce n’était que le début !
login Design by ArtWhere - Powered by Neo-CMS