Brèves

Luc quitte le ClI après 33 ans de passion

Un Centre Culturel est un espace d’ouverture, celui d’Ittre a perpétué cette vocation, grâce à l’apport de son animateur-directeur, en privilégiant la rencontre, la collégialité et le partage.

L’apport de Luc dans la vie culturelle de la commune a été fondateur, nécessaire, enrichissant et porteur d’espoir.

Luc Schoukens est une espèce de bipède social assez extraordinaire. Il aime les réunions, la réflexion, les échanges. Il aime les projets, les activités, les fêtes, les discussions, la confrontation, la bagarre parfois. Luc aime innover, transpirer, partager. Je crois qu'il aime les gens et je pense que Luc ne s’intéresse à un projet que si celui-ci lui paraît utile, je veux dire utile au bonheur citoyen. Les projets qu’il a mis en valeur sont très souvent pertinents et surtout, humains.
Et voilà. Au nom du personnel du CLI, des membres du CA, de ses amis nous voulions le remercier  pour tout ça. Et lui souhaiter de beaux projets à venir.


Quel était ton idéal en devenant directeur du CLI?

A l’époque, cela s’apellait animateur-coordinateur, c’est le décret des Centres Culturels de 1993 qui a amené le titre d’animateur-directeur et de directeur en suite.
En novembre 1983, quand j’ai été engagé, le CLI c’était une petite équipe de 4 personnes, dont 2 mi-temps et 2 temps plein. Les bureaux se trouvaient à l’étage au-dessus de la poste
(4 rue Planchette). Au départ, une pièce chauffée avec un poële à mazout dont le couvercle sautait régulièrement amenant odeurs et suie dans le local.
Le CLI s’était donné un rôle de grande proximité avec la vie associative, les quartiers, les citoyens. Ce contexte m’intéressait. J’avais un passé d’animateur de Maison des jeunes avec une forte intention communautaire. Assistant social que j’étais, je voulais avant tout mettre mon énergie et mes compétences au service de la communauté: développer le tissu associatif, être proche des habitants, être leur relais, développer la citoyenneté, animer le Petit Tram, ce formidable outil de communication.

Un idéal maintenu, modifié?

A la fois maintenu et qui a évolué.
Maintenu dans le sens où mon attachement à la vie associative et à la citoyenneté est resté intact cependant le CLI a évolué avec la société ittroise du moment.
La dimension culturelle a pris une place plus importante et a complété le travail de proximité, tout en utilisant les atouts de cette proximité. Des projets comme La Journée des fermes, les Grands feux, les spectacles et la coordination IttrecultureS en sont de bons exemples.

Tu as aimé, OK, mais as-tu connu des moments de doute?


Il faut savoir qu’au départ les relations entre la commune et le CLI n’étaient pas toujours au beau fixe. Le travail mené au niveau de la citoyenneté entr’autres à travers le Petit Tram n’était pas toujours apprécié et pas trop soutenu. La majorité communale de l’époque y voyait plus un terrain d’action de l’opposition, plutôt qu’un terreau animé de citoyens. Il fallait une attention permanente pour préserver l’indépendance, l’expression libre, le pluralisme…
Le CLI avait cependant un crédit positif auprès de la Communauté Française et était classé dans la catégorie supérieure des Centres (foyers à l’époque) Culturels. Le décret des Centres Culturels de 1993 voulait à la fois donner une plus grande stabilité structurelle aux Centres Culturels mais voulait aussi fixer avec précision l’apport des communes. Il fallait une contribution 50/50 des subsides entre Communauté Francaise et Commune. C’est là que nous avons connu une période plus qu’agitée. La commune voulant mettre à profit cette position de force en négociant son apport financier. Du coup, des menaces planaient sur le pluralisme, l’indépendance…jusqu’à mettre l’existence même du CLI en danger!

Tes meilleurs souvenirs?

Il y en a plusieurs. Je pense aux premières “Journées des fermes” où nous avons en quelque sorte devancé les “Fermes ouvertes en Wallonie”. Notre attachement à la ruralité était déjà très marqué.
A l’animation ”La presse dans tous ses états” qui avait permi en 1989 à plus de 200 familles de la région de lire de semaine en semaine 9 quotidiens différents, avec toute une série d’animations en finale, entre autres un débat entre tous les rédacteurs en chefs de ces 9 quotidiens dans la salle du Sacré Coeur à Virginal!
A la “Semaine sans TV” qui a soutenu une réflexion sur les médias et une valorisation de notre vie associative et culturelle.
La sortie du 200 ième Petit Tram réunissant tous les anciens et l’expression de plus de 50 habitants. Et puis ce magnifique mouvement de soutien financier de la population dans la période après le premier décret qui avait fait perdre des moyens financiers importants au CLI. Les habitants nous ont durant plusieurs années apporté leur soutien, plus d’un million de francs belges à l’époque!

Et le pire cauchemar?

Certainement la période “probatoire” à laquelle la Communauté Francaise nous avait astreints entre 2009 et 2012. Nous avons perdu 25000€ de subsides durant 3ans1/2! C’était avant tout le résultat d’un harcèlement administratif de l’inspection de la Communauté Française de l’époque. Ce qui m’a particulièrement fait mal, c’est que cette situation avait amené le doute au sein du CLI, des tensions internes sont apparues,…j’ai même postulé ailleurs à ce moment-là!

La plus grande fierté?

Tout d’abord, certainement la réussite du réseau “IttrecultureS”, une véritable vitrine de la vie culturelle ittroise.
Ensuite, la continuité du “Petit Tram”. Il s’agit là d’un outil de communication magnifique, quasiment unique en Communauté Française!
Enfin la conclusion de notre actuel Contrat programme. L’aboutissement d’un travail de concertation et de réflexion important, qui donne un cadre de fonctionnement clair avec une perspective de financement revu à la hausse. Il s’agit aussi d’une sorte de revanche par rapport à notre période trouble dont je parlais dans mon ‘pire cauchemare”. Nous avons été reconnu dans les 9 premiers sur les 115 Centres Culturels de la Communauté Francaise ( avec une appréciation très positive de notre dossier par les différentes instances.

Le rôle du CLI aujourd’hui?

Je pense que le travail de clarification, de réflexion que nous venons de mener et qui a abouti à cette reconnaissance du CLI dans le cadre du nouveau décret des Centres Culturels est très important et intéressant. Il positionne le Centre Culturel comme opérateur majeur d’un mouvement plus vaste qui vise à positionner la communauté locale dans un cadre rural dynamisé.
Nous venons de poser un cadre de fonctionnement avec 17 fiches projets qui balayent les différents domaines de l’action du Centre Culturel allant de l’attention à la citoyenneté au soutien aux associations et à la vie de quartier en passant par la créativité, le développement du réseau IttrecultureS, les fêtes communautaires que sont la Saint-Rémy et les Grands feux, et le Petit Tram bien sûr qui crée du lien entre tous ces terrains d’action.

De quoi rêves-tu pour l’avenir?

J’espère que le CLI continuera avec cet enthousiasme, cette dynamique, cette clairvoyance que j’ai connus. Son équipe, son CA, son Conseil culturel et d’orientation, ses bénévoles disposent d’un grand potentiel. Il s’agit de les encourager, il s’agit d’y participer. Ittre dispose d’un outil d’animation, de réflexion, de communication puissant, il faut continuer à le développer.

Fabrice Gardin, président du Centre Culturel


Date de dernière mise à jour : 08/10/2015
Dimanche 10 septembre - 29ème "Journées du Patrimoine" Voies d'eau, de terre et de fer
20ème participation du Syndicat d’Initiative d’ITTRE !

ITTRE À LA CROISÉE DES CHEMINS DE TERRE, DE FER ET D’EAU

Le GR 12, chemin de Grande Randonnée (Amsterdam - Bruxelles - Paris), le RAVeL (canal Charleroi - Bruxelles) et le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle passent au cœur d’Ittre. Une exposition à la salle de la Valette vous fera découvrir des photos et des archives des anciennes lignes ferroviaires et des différents canaux. Venez découvrir le vécu d’un batelier qui, avec des moyens de fortune, a créé de mémoire les maquettes des péniches sur lesquelles il a navigué et qui seront exposées.
La forge-musée sera ouverte pour l’occasion et des ateliers bricolage pour les enfants complèteront le programme.

Bonjour les Cafés Truciens !
Nous approchons déjà à la fin des vacances, mais cela veut aussi dire qu’il est bientôt temps pour la reprise des soirées mensuelles du Café Truc à Haut-Ittre, chaque 3ème mercredi !
login Design by ArtWhere - Powered by Neo-CMS