Brèves

Zik - Zak : Un an de musique "live" à Virginal

 Zik Zak c’est quoi?

A la base, c’est la réunion de quelques passionnés et d’une école de musique à Genappe qui se sont mis en tête l’idée de créer une salle de concert dans le Brabant wallon. En 2016, la salle ouvre ses portes à Virginal. Depuis septembre 2017, l’équipe a connu quelques changements et l’école de musique s’est retirée du projet... Mais la passion, elle, est toujours là! La salle, qui bénéficie d’une infrastructure de qualité professionnelle, est avant tout associée à la musique Pop/Rock. Mais cela pourrait, peut-être, évoluer dans le temps.



-Depuis quand existez-vous?

Zik Zak a fêté son premier anniversaire le 28 octobre 2017. Pour marquer le coup, la salle a organisé une soirée gratuite avec pas moins de quatre concerts (Pure, Minor Minor, Z-Band et Melting Potes).

-Qui sont les visages qui se cachent derrière Zik Zak?

L’équipe actuelle se compose d’Annick (relations publiques  et programmation  Pop-Rock), de Manu (logistique et programmation Hard-Rock et Métal), de Nico (relations publiques, programmation Blues,  Cover et Tribute) de Oli (technique son et lumière) et de Fab (Web design/ Graphisme).

-Quels sont les objectifs de la salle ?

A sa création, il y avait cette idée d’aider et de promouvoir les groupes émergents. Aujourd’hui, cette volonté est toujours présente, mais, de plus en plus, Zik Zak aimerait aussi s’imposer comme une salle de référence au niveau national et même international. Pouvoir accueillir des artistes connus, avec un succès public certain, et profiter de l’aubaine pour faire découvrir des artistes émergents via des « support act » (premières parties). Voilà une manière de concilier ces deux objectifs pas forcément contradictoires.

-Comment et pourquoi avez-vous choisi Virginal?

Zik Zak cherchait avant tout à s’installer quelque part dans le Brabant Wallon. La région n’étant pas encore pourvue d’une salle de concert de cette envergure et avec ce niveau d’équipement, il restait une opportunité  à prendre pour installer ce type d’infrastructure. Ils ont donc cherchés un peu partout dans la province et sont tombés sur la commune d’Ittre. Celle-ci semblait attractive car, assez reconnue pour son dynamisme culturel (il s’y passe beaucoup d’événements, dans des domaines divers, dont des concerts pop-rocklors des fêtes du 15 août, qui rencontrent un certain succès). Ensuite, elle était plutôt bien située (facilement accessible en voiture). Enfin, le bâtiment présentait des attraits pour installer une telle activité (notamment son isolement relatif qui permet d’éviter les nuisances au niveau du voisinage).

-Comment voyer vous l’évolution dans l’avenir de la salle ?

La reconnaissance et le développement de Zik Zak à l’échelle nationale et internationale devrait grandir dans l’avenir. En parallèle, le soutien aux groupes émergents et aux artistes prometteurs devrait s’intensifier. Notamment avec le développement de « résidences d’artistes » (accueil d’artistes qui bénéficient, pour une certaine période, du lieu et de son équipement pour travailler la mise en scène d’un spectacle, régler les sons, caler les lumières, etc., avec bien souvent le support de professionnels extérieurs). D’autre part, la salle affiche une volonté d’élargir sa programmation. Ensuite, en proposant des activités innovantes, p.e. en associant des activités musicales à des dégustations, en valorisant les produits du terroir, en partenariat avec des acteurs locaux, etc. L’objectif étant de s’imposer aux yeux tous comme une « chouette salle » , où il fait bon vivre. Pas juste une structure de béton qui accueille des artistes.

-Pouvez-vous nous décrire la salle en quelques chiffres ?

Au niveau des finances, la salle est, pour l’instant, clairement dans le rouge.. Zik Zak espère, dans l’avenir, pouvoir bénéficier de financements, issus des pouvoirs publics mais aussi de sponsors privés, pour poursuivre ses activités. En termes de fréquentation, celle-ci présente clairement un profil en « dent de scie ». Certains événements, principalement les concerts d’artistes qui bénéficient d’une bonne visibilité médiatique et les concerts de Tribute Band, ramènent plus de monde. Tandis que les concerts d’artistes émergents où de groupes proposant des musiques moins conventionnelles restent, malheureusement, peu fréquentés. Nous affichons au compteur entre 70 et 80 groupes, dont quelques ‘’pointures’’, reconnues internationalement. Ce qui n’est pas mal du tout pour une salle qui souffle seulement sa première bougie cette année.

-Pourquoi venir voir un concert chez vous plutôt qu’ailleurs?
Quels conseils donneriez-vous au public ?

On ne rencontre peu ou pas de souci de circulation (l’accès est facile, les places de parking disponibles et gratuites), que l’acoustique est très bonne (tout le monde le dit !) et qu’on est sûr de passer un bon moment, en toute simplicité, et de ressentir une réelle proximité avec les artistes (la scène est petite, on se sent proche d’eux : un peu comme dans un club, mais avec les avantages d’une salle de concert !).

Karim Sarton

Date de dernière mise à jour : 08/10/2015
Festival en l'air 2018
Du vendredi 9 novembre au dimanche 11 novembre 2018 de 14h à 18h
Centre culturel du Brabant wallon

Festival EN L’AIR 2018
Des vendanges solidaires pour la Palestine
Depuis 2 ans, le groupe PJPO (Paix Juste au Proche-Orient) d’Ittre, accompagné d’autres groupes du Brabant wallon, soutient une coopérative de vignerons palestiniens dans la région d’Hébron, en Palestine.  Une région fortement colonisée par les Israéliens. Le but : ‘cultiver pour résister’, comme nous l’expliquent Marc Abramowicz et Eric de Moffarts : « Les viticulteurs palestiniens, qui produisent un raisin de table de très bonne qualité, n’arrivent pas à le vendre à cause de la présence militaire israélienne importante dans la région.  Les camions restent bloqués aux checkpoint et le raisin pourri avant d’atteindre sa destination.  A cause de cela, beaucoup de vignerons ont abandonné leur terre ».
login Design by ArtWhere - Powered by Neo-CMS