Brèves

Tournée minérale : les Ittrois vont-ils relever le défi?

Habitants d’Ittre, Virginal, Haut-Ittre ou Fauquez, peut-être faites-vous déjà partie des plus de 95 000 personnes qui ont déjà décidé de relever le défi « Tournée Minérale » 2018.
Car après le succès retentissant de la première édition – 120.000 participants inscrits ! – la Fondation contre le Cancer vient de remettre le couvert en février 2018 et invite les Belges à dire ‘non’ à l’alcool durant 28 jours.


Mais, peut-être, n’êtes-vous pas du genre à participer « juste pour faire comme tout le monde » ou à relever des défis un peu farfelus. Il vous faut des arguments tangibles.
Nous avons donc creusé un peu le sujet et rassemblé quelques arguments et des pistes de réflexions à ce propos. (Sources : Fondation contre le cancer, Infor Drogue)

L’alcool : un produit loin d’être anodin

Un verre de vin à table, une bière après l’entraînement… Pour beaucoup, l’alcool fait partie de la routine. Les boissons alcoolisées restent largement bien perçues et même encouragées dans notre société.  Pourtant,  il apparait que l’alcool, même consommé en petites quantités, a des effets sur presque tous les organes du corps, et il est lié à environ 200 problèmes de santé.

Et voilà que d’après une étude de l’Université de Gand, 41 % des participants interrogés à l’occasion de la Tournée Minérale 2017 se sentaient mieux dans leur peau et neuf personnes sur dix ont ressenti au moins un des effets bénéfiques liés à l’arrêt de l’ingestion d’alcool : plus d’énergie, meilleur sommeil, perte de poids, plus belle peau ou économies financières ! Par ailleurs, une étude de l’University College London a montré que l’arrêt d’alcool pendant un mois chez les sujets observés a fait chuter la tension artérielle, le taux de cholestérol, ainsi que les chances de développer du diabète ou une maladie du foie.

Cela donne tout même à réfléchir, non ?

A votre santé !

En ne buvant pas d’alcool durant un mois, la Fondation contre le cancer précise que vous permettez à votre corps de récupérer des effets d’une consommation régulière. C’est aussi l’occasion de prendre du recul par rapport à sa consommation. En effet, même si cette dernière n’est pas problématique, le participant peut éprouver des difficultés à résister à une bière après un entraînement ou à du vin en rentrant du travail. Au bout d’un mois, en ayant eu le temps de porter une réflexion sur sa relation avec l’alcool, il sera peut-être plus facile d’en limiter la consommation.
Un certain nombre de témoins dit en effet avoir changé de comportement par rapport à l’alcool après avoir participé au défi. Un changement qui semble durer dans le temps, puisque l’étude de l’UGand a montré que le nombre de verres consommé en moyenne par les répondants est passé de dix à huit par semaine. La plupart des participants disent aussi qu’il leur est plus facile de refuser un verre ou de se passer du « petit verre » automatiquement dégusté en fin de journée.

Maintenant, il ne faut pas nier qu’une personne qui boit très rarement (un ou deux verres par mois) ne ressentira pas autant de changement que quelqu’un qui consomme une dizaine de verres par semaine. Pour les plus gros consommateurs, il se peut même que les premiers jours de la Tournée Minérale soient difficiles, puisqu’ils pourraient ressentir certains symptômes de manque.

Et il faut être conscient que Tournée Minérale ne cible pas les personnes ayant un problème de consommation d’alcool. Il semble en effet peu probable que quelqu’un ayant ce type de problème puisse, malgré toute sa bonne volonté,  y remédier durablement en stoppant nette toute consommation, sans aide et sans conseil. Dans ce cas, le mieux est de consulter un professionnel de la santé ou une association spécialisée.

C’est d’ailleurs à ce sujet qu’Infor-Drogues, bien que largement favorable au principe de Tournée Minérale, émet quelques regrets. Pour Infor-Drogues, la campagne est très largement portée sur le fait que le produit – en l’occurrence l’alcool – est le problème. Or, pour eux, le problème dépasse le cadre du produit, et aider les personnes qui en font la demande doit passer par un processus beaucoup plus complexe (il ne suffit pas de pointer du doigt une substance) et sur une beaucoup plus longue durée qu’un mois. Il leur semble aussi important de rester vigilant sur le fait que, dans certains cas, l’arrêt de la boisson ne s’est pas fait au profit de l’adoption d’un comportement de substitution, comme éventuellement le grignotage ou la cigarette.
Enfin, Infor-Drogues déplore l’organisation de ce qui semble être des « coups marketings » de la part de certaines marques ou entreprises, dont le partenariat avec la Tournée Minérale nous apparaît comme un simple moyen de surfer sur le succès de cette action, sans en endosser vraiment le principe et les valeurs.

Quoiqu’il en soit, leur conclusion est qu’en relevant ce défi convivial et populaire dans une société où l’alcool est omniprésent, certains vont réussir, d’autres vont renoncer, ou céder à un moment de faiblesse avant de reprendre. Il est presque certain que la plupart auront plus ou moins repris leurs habitudes quand arrivera le mois de mars. Mais une chose est sûre : cet événement amène presque chacun, à sa manière, participant ou pas, à discuter de sa consommation d’alcool. Ce qui n’est déjà pas rien.

A votre bonne santé !
Nathalie Lourtie



TOURNEE MINERALE : Pas d’alcool ne veut pas dire pas de fun!

Rendez-vous sur le site pour vous inscrire et lancer le défi à vos amis.
Vous pourrez aussi y trouver un agenda d’événements organisés dans le cadre de Tournée Minérale (et vous pouvez même y ajouter le vôtre), et des recettes de boissons sans alcool.
Relevez le défi et ne consommez pas d’alcool en février 2018 ! Vous verrez : l’alcool n’est pas indispensable pour bien s’amuser.
Tournée Minérale vous offre aussi l’occasion de soutenir la recherche contre le cancer de différentes façons : faire un don, se faire parrainer…
Vous trouverez toutes les informations et le formulaire d’inscription sur www.tourneeminerale.be

TOURNEE MINERALE : Nos restaurateurs sont-ils prêts à relever aussi le défi ?

Parce que ne pas consommer d’alcool ne veut pas dire arrêter de consommer.
Voici une belle opportunité pour étoffer votre carte d’une série de nouveautés : mocktails, smoothies et autres eaux aromatisées. Votre imagination est la seule limite !

Date de dernière mise à jour : 08/10/2015
Des grands Feux accessibles aux Personnes à Mobilité Réduite? C'est le pari que nous allons tenter de relever avec vous cette année.
Pour sa traditionnelle balade des Grands Feux, le Centre culturel d’Ittre disposera en effet cette année de 3 Joëlettes qui pourront véhiculer sur le parcours les personnes désireuses de tenter l’expérience.
La Joëlette est un fauteuil tout terrain monoroue qui permet la pratique de la randonnée ou de la course à toute personne à mobilité réduite ou en situation de handicap, enfant ou adulte, même très lourdement dépendant, avec l’aide d’au moins deux accompagnateurs. L’accompagnateur arrière assure l’équilibre de la Joëlette, l’accompagnateur avant assure la traction et la direction.

Les élèves de nos écoles au théâtre
Le Théâtre à l’école à Ittre et Virginal, c’est une véritable tradition.  Suite à une sélection opérée par le Centre culturel d’Ittre, les enseignants des écoles de l’entité choisissent un spectacle pour leurs élèves.  Le but avoué du Centre culturel : que chaque enfant, de chaque école, dans
chaque classe, des tout-petits au plus grands, des maternelles aux primaires… aille au moins une fois au théâtre pendant l’année scolaire.  A Ittre et Virginal, on envisage 2 catégories de spectacles : les spectacles de petite taille, qui ne demandent pas de grosses infrastructures techniques se déroulent dans les salles de nos villages, à proximité des écoles. Les ‘grands’ spectacles, qui ne peuvent être programmés car ils
demandent une technique importante, sont programmés dans les centres culturels voisins : Tubize, Nivelles…  Voir le programme complet dans les pages de ce Petit Tram.


login Design by ArtWhere - Powered by Neo-CMS