Brèves

Edito

Le Théâtre de La Valette ne baisse pas les bras.

Ce n’est pas la première fois que nous le rappelons dans ce journal, les centres culturels sont aujourd’hui des lieux ouverts à tous les citoyens destinés à les faire agir culturellement. Ils contribuent à l’exercice par le plus grand nombre des droits culturels.
Et l’accompagnement au respect de ces droits culturels peut se faire de différentes manières. A travers le soutien à un partenaire en difficulté, par exemple. Car un opérateur culturel qui s’éteint, c’est un peu de vos droits culturels qui disparaissent.


La période de turbulences que connait depuis deux mois le Théâtre de La Valette fut l’occasion pour de nombreuses personnes de se mobiliser pour témoigner de leur soutien et de leur volonté d’assurer la pérennité de cette « institution » locale. Les citoyens se sont exprimés à travers une pétition. Une délégation d’élus locaux a rencontré Madame la Ministre Alda Gréoli. Une cellule d’action rassemblant des représentants de tous les partis politiques présents sur notre commune s’active au niveau institutionnel.
Restait à assurer si possible la survie financière du Théâtre pour l’année 2018, le temps que les démarches dont nous venons de parler récoltent des fruits.
 
Le Théâtre de La Valette a donc déposé le 1er février dernier une demande d’aide au projet à la Fédération Wallonie Bruxelles qui lui permettra, si elle est acceptée, de maintenir ses activités jusqu’en janvier 2019 mais aussi d’avoir l’opportunité d’introduire un second dossier  à l’échéance du mois de mai 2018 et, qui sait, un jour à plus long terme, de prétendre à un nouveau contrat programme.  
De nombreuses énergies gravitant autour du Centre culturel se sont mobilisées pour accompagner Pierre Pigeolet, le Directeur artistique du Théâtre, dans la finalisation de ce premier dossier de demande d’aide. C’est à ce niveau-là que nous pouvions être le plus utile.

D’ici 90 jours, une décision devrait tomber. On croise les doigts !

Nathalie Lourtie

Date de dernière mise à jour : 08/10/2015
Portrait : Je suis Tamoul, je vis à Ittre !
Le mois passé, nous découvrions le contexte violent du Sri Lanka. Des voisins en ont échappé et demandent l’asile en Belgique. Ici, « les gens sont comme çà ! », dit-il le pouce levé.
Chères ouailles
Depuis quelques années, j'ai pris l'habitude de discourir à l'occasion de ma Fête annuelle et, incidemment, à l'occasion de la Fête des associations de notre beau village ...
Et une habitude, ça peut devenir chronique…  C'est pourquoi je reprends  la plume céans...

login Design by ArtWhere - Powered by Neo-CMS