Brèves

Centre sportif de Virginal L'avis des clubs locaux

Le 9 décembre dernier, le nouvel Centre sportif communal était inauguré lors d’une journée portes ouvertes en présence de deux ministres, André Antoine et André Flahaut, et des autorités communales d’Ittre et des communes avoisinantes.
Qu’en est-il après deux mois ? Quatre responsables de club sportif locaux, José Valdes, président de La Palette du Ry Ternel (Tennis de table), Yves Thewissen, Président du Lynx Hockey Club, Lionel Laats, président de l’ASF et Jean-Paul Metens, président du Club de judo, nous ont fait part de leur expérience « au quotidien », bonnes et moins bonnes, mais, aussi, dans certains cas, de regrets concernant la concertation et l’écoute accordée face à leurs besoins et à la réalité pratique de clubs sportifs ruraux.  Précisons que, seule, l’ASF n’utilise pas encore les infrastructures.



« Nous avions besoin d’un break confortable et on nous impose un véhicule hybride hors de prix et peu adapté à nos besoins »
José Valdes, Yves Thewissen et Lionel Laats semblent d’accord pour résumer la situation par cette métaphore même si leurs points de vue sont à nuancer car, comme ils nous l’ont expliqué, les sports ne connaissent pas la même réalité de fonctionnement, ni les mêmes besoins.
A la base, nous disent-ils l’opportunité de disposer d’un Centre sportif dans une commune rurale comme Ittre est enthousiasmant. Le sport participe à la dynamique d’un village et c’est un formidable vecteur de lien social.  Et le fait de pouvoir bénéficier d’une salle de sport flambante neuve a influencé favorablement l’intérêt du public pour les sports organisés par les clubs. Cependant, leurs préoccupations quant à la capacité des leurs clubs de maintenir des activités régulières (entrainements et compétitions) sur le long terme sont aussi, dans les deux cas, bien réelles.

Des infrastructures adaptées ? Les avis divergent à ce niveau.

Le club de hockey pointe 2 soucis : tout d’abord, l’inadéquation des infrastructures aux exigences de la Fédération de Hockey. Le terrain peut convenir pour une approche récréative du sport, mais ne répondrait pas aux normes « compétition » exigées par la Fédération de Hockey. Ce qui limiterait le développement du club et ses perspectives de motiver et maintenir au sein du club des joueurs de bon niveau.   Pour Yves Thewissen, les frais de location du terrain extérieur sont aussi prohibitifs. «On nous demande 50€/heure alors que le tarif habituel pour ce type d’occupation tourne entre 10€ et 20€/heure. » Même remarque chez Lionel Laats, qui ne voit pas comment le club de foot pourrait assurer ces montants tarifaires.
Côté Palette, José Valdes pointe aussi le tarif de location de la salle intérieure. 15€/heure c’est un peu supérieur au tarif demandé dans les autres salles accueillant du tennis de table. De plus, la commune ne leur laisserait pas de choix : il leur serait désormais interdit d’occuper d’autres salles communales.
Son de cloche différent chez Jean-Paul Metens (Judo) qui se réjouit des nouvelles infrastructures et de pouvoir disposer enfin de vestiaires dignes de ce nom. Certes, la location de la salle leur coûte plus cher qu’avant mais ils ont gagné en confort. Il comprend cependant la réalité des autres présidents.

Et la buvette ?

Côté Tennis de table, l’effort financier pourrait être consenti à condition qu’ils puissent organiser des événements sportifs générant des rentrées financières à travers la vente de boissons et d’aliments. Mais ce point semble toujours en cours de discussion avec la RCA. Il n’y aurait, effectivement, pas de perspective avec la buvette puisque celle-ci doit être mise en concession auprès d’un tiers, sans redistribution des bénéfices aux clubs sportifs. « Pas viable. » nous précisent les quatre présidents… Et d’ajouter qu’en matière de buvette, les règles ne seraient pas les mêmes pour tous les clubs sportifs ittrois. La JSI (club de football d’Ittre) bénéficierait, elle, des retombés de la buvette. « Pourquoi deux poids, deux mesures ? » s’interrogent-ils.

Le sport en ruralité, rentable ou créateur de lien social ?

Et nos interlocuteurs de conclure que s’il est malheureusement trop tard pour regretter qu’un projet d’une telle envergure et d’un tel niveau budgétaire n’ai pas fait l’objet d’un minimum de concertation avec les Clubs sportifs et les Fédérations sportives afin d’éviter des erreurs techniques de base, ils espèrent que la politique sportive ittroise tiendra compte de la réalité des petits clubs ruraux. Le sport local ne peut être vu comme une source de rentrées financières et d’équilibre budgétaire mais comme une multitude de dynamiques sociales qui créent de la vie au sein d’un village et permettent à des jeunes et moins jeunes de se rencontrer autour d’une passion.
Tous restent en tous cas ouverts à la discussion et espèrent sincèrement que des compromis seront trouvés.  Mais, à défaut, José Valdez, Yves Thewissen et Lionel Laats ne cachent pas qu’ « il faudra que leurs clubs respectifs s’inventent peut-être un futur ailleurs s’ils ne veulent pas disparaitre à moyen terme ».
Réaction communale dans les pages du bulletin communal « Nos trois villages »

En réponse à ces déclarations, les responsables communaux ont souhaité s’exprimer à travers une déclaration de politique sportive que vous pourrez lire dans les pages du bulletin communal ci-joint « Nos trois villages ».

Propos recueillis pour le Centre culturel d’Ittre par Nathalie Lourtie



Date de dernière mise à jour : 08/10/2015
Interyacht vous acceueille le long du canal
Un vent nouveau souffle dans les voiles d’Interyacht.  Depuis quelques temps, le nouveau comité du club nautique (composé d’Alain Lardot (Président), Emmanuel Lebrun (Secrétaire), Laurent Callu (Trésorier), Guy Balland (Administrateur voile) et Daniel Van Damme (Capitaine du port situé à l’écluse d’Ittre)) a insufflé une nouvelle dynamique.
Le club se divise actuellement en 3 domaines d’activités.  La plaisance d’abord, qui regroupe les bateaux du club qui ont Ittre comme port d’attache, cela concerne environ 35 emplacements le long de la rive (sur les pontons) et une quinzaine de places aux bouées (au large).  En moyenne, cela représente près de 300 nuitées de bateaux de plaisance venus de Belgique, des Pays-Bas, d’Allemagne… mais aussi parfois du Danemark ou d’Italie.  Une véritable porte d’entrée pour le tourisme à Ittre.


l'Atelier du croquis : L'exposition est terminée mais l'atelier contine
L'ASBL « Le Retour des Palombes » a pour but premier de favoriser l'émergence et le développement de la créativité présente en chaque individu. C'est dans cette optique qu'est né le projet de mettre sur pied « L'Atelier de Croquis » autour d’un modèle vivant, John.
login Design by ArtWhere - Powered by Neo-CMS