Brèves

Edito : Chouette c'est l'été

Enfin presque. Mais rien ne nous empêche de commencer à rêver, n’est-ce pas ?
Si, ailleurs, c’est la saison durant laquelle les festivals battent leur plein, à Ittre, on se la joue fêtes, kermesses, mais aussi cinéma et théâtre avec l’Eté en plein air.



Trois séances gratuites de cinéma en plein air et l’accueil de la tournée Théâtre au château menée par le Théâtre Royal des Galeries nous promettent déjà, si le temps le permet (on est en Belgique, tout de même !) 4 belles soirées sous les étoiles. Ne trainez pas pour découvrir la programmation de cette année en première page de ce journal.

Les villages de notre belle commune  se préparent, de leur côté, à vous accueillir lors de leurs traditionnelles kermesses villageoises. Virginal ouvre et clôture la danse avec, d’abord, la « 1ère Kermesse du Village » qui se tiendra le week-end des 30 juin et 1er juillet, et, « Virginal en Fête » qui animera le week-end des 25 et 26 août. Fauquez enchaine les 28 et 29 juillet suivi de près par la Ducasse d’Haut-Ittre, les 4 et 5 août.

Et puis, n’oublions pas la Fête des Belges à l’Etable d’Hôtes qui, pour l’occasion, nous accueillera dans une ambiance Wallo-Flamo-Germano-Bruxelloise le 20 juillet afin de fêter ensemble notre belgitude.

Mais l’été, c’est aussi le temps des stages et des activités en extérieur. Pour n’en manquer aucune conserver bien le calendrier du Petit Agenda local qui vous est proposé à l’intérieur de ces pages.

Allez, courage, plus que quelques jours dormir et on y est.

Nathalie Lourtie  
Date de dernière mise à jour : 08/10/2015
Festival en l'air 2018
Du vendredi 9 novembre au dimanche 11 novembre 2018 de 14h à 18h
Centre culturel du Brabant wallon

Festival EN L’AIR 2018
Des vendanges solidaires pour la Palestine
Depuis 2 ans, le groupe PJPO (Paix Juste au Proche-Orient) d’Ittre, accompagné d’autres groupes du Brabant wallon, soutient une coopérative de vignerons palestiniens dans la région d’Hébron, en Palestine.  Une région fortement colonisée par les Israéliens. Le but : ‘cultiver pour résister’, comme nous l’expliquent Marc Abramowicz et Eric de Moffarts : « Les viticulteurs palestiniens, qui produisent un raisin de table de très bonne qualité, n’arrivent pas à le vendre à cause de la présence militaire israélienne importante dans la région.  Les camions restent bloqués aux checkpoint et le raisin pourri avant d’atteindre sa destination.  A cause de cela, beaucoup de vignerons ont abandonné leur terre ».
login Design by ArtWhere - Powered by Neo-CMS