Brèves

Christian Fayt devient Bourgmestre d'Ittre

Les urnes ont livré leur verdict.  Le dimanche 14 octobre dernier, plus de 4000 ittrois se sont rendus dans les 3 bureaux de vote de l’entité pour faire entendre leur voix.  Quelques heures plus tard, le dépouillement révélait une première place d’EPI (Ensemble pour Ittre) avec 31,83% des suffrages (- 3,48% par rapport à 2012), tandis qu’IC (Ittre Citoyen) pointait à 29,89% des voix (soit 9,47% de moins qu’en 2012).  Pour PACTE (Participation Alternative Citoyenne de Transition Ecologique) le résultat est de 20,87% (4,46% de moins, si on tient compte des scores cumulés de PA et Ecolo en 2012).  Enfin, le MR (Mouvement Réformateur, associé avec IC en 2012) fait son entrée seul avec un score de 17,41 %.  De manière générale, tous les partis diminuent leur score électoral, au profit du nouveau venu sur la scène politique ittroise : le MR.

Pour le nombre de sièges au Conseil communal, les 2 partis les plus importants perdent des sièges : EPI passe de 7 à 6 (-1 siège) et IC de 7 à 5 (-2 sièges).  PACTE se maintient à 3 sièges et le MR passe de 0 à 3 sièges.

Au niveau des voix de préférence, c’est Christian Fayt qui arrive en tête (1014 voix, soit 324 de plus qu’en 2012), devant Ferdinand Jolly (678 voix, qui présente une progression de 169 voix), suivis par Daniel Vankerkove (331 voix (-430)), Hélène de Schoutheete, première femme avec 274 voix (-49) et Françoise Peeterbroeck avec 272 voix (+54).  

EPI et MR forment une alliance

Avec 9 sièges sur 17, la nouvelle majorité ittroise peut être qualifiée de courte. Pour EPI, avec 6 sièges, toutes les possibilités étaient ouvertes : une alliance aurait pu être conclue avec les 3 autres groupes. La solution privilégiée par Christian Fayt et EPI s’est portée sur le MR : « Retravailler avec nos partenaires de la précédente majorité n’était pas notre premier choix car il y avait un manque de cohésion.  Nous avons donc regardé l’intérêt de la commune et les chantiers qui nous attendent.  Nous allons avoir besoin de soutien au niveau provincial et régional pour l’avenir.  Le MR nous permettait d’avoir des relais politiques à d’autres niveaux. »

Le MR avait également un choix à faire : soit une majorité avec EPI, soit une alliance avec IC et PACTE.  « EPI est le gagnant de ces élections.  Une autre combinaison nous aurait imposé une tripartite, mais ce n’était pas notre vision pour construire une majorité.  Notre objectif était de rentrer dans une majorité.  Je considère que c’est un succès. » explique Pascal Henry.

Pour Ferdinand Jolly, tête de liste IC et bourgmestre sortant, il y avait d’autres solutions : « Nous avions proposé une tripartite avec PACTE et le MR.  PACTE semblait intéressé, mais le MR a refusé alors que nous lui avions proposé des échevinats importants comme le CPAS et les travaux.  Cela aurait été plus représentatif de la population. Ce qui est dommage, c’est que le calcul électoral ne nous est pas favorable.  La minorité a un siège de moins, mais nous représentons 50,76% des votes, soit 2213 votes contre 2147 pour la majorité. Nous sommes déterminés à mener une opposition constructive mais exigeante face aux défis qui attendent la commune. »

Hedwige Tavernier, qui menait la liste PACTE, explique son point de vue : « A 12 voix près, nous aurions eu 4 sièges.  Le soir des élections, du bout des lèvres, EPI nous a proposé  une tripartite avec le MR.  Nous avons posé à  EPI la question du programme, avec des positions parfois opposées avec le MR sur certains sujets, par exemple concernant les communes hospitalières.  Nous avons demandé à rencontrer le MR, mais cela ne s’est pas fait.  Le temps que l’on rencontre notre base pour en discuter, leur accord était conclu.  Pour le futur, j’espère qu’EPI continuera à parler de transparence et de participation et qu’ils l’appliqueront davantage que ce qu’ils ont fait durant les 6 dernières années. »

Des compétences réparties entre les 2 formations

EPI a obtenu le mayorat pour Christian Fayt ainsi que les finances, la culture, la mobilité, la Présidence du CPAS, les travaux, le tourisme, l’environnement, la ruralité et l’enseignement. Trois échevins les prendront en charge : Françoise Peeterbroeck, Fabienne Mollaert et Jacques Wautier. Le MR prendra en charge l’urbanisme, l’aménagement du territoire  et le logement (pour Pascal Henry) et la jeunesse, le sport, les PME et le bien-être animal (pour Lindsay Gorez).

                                                                                                                                                                            
La mise en place du nouveau conseil communal aura lieu le lundi 3 décembre.

Ludovic Devriendt
Date de dernière mise à jour : 08/10/2015
Jacques Wautier, échevin des travaux
Jacques Wautier est né à Tubize en 1955.  Ses études primaires, il les poursuit à l’école Saint Joseph de Tubize, avant de partir à l’Ecole normale de Braine-le-Comte pour ses secondaires.  C’est à cette époque qu’il rencontre sa future épouse, Brigitte Spreutels, aujourd’hui médecin à Ittre.  
Il poursuit ses études à Saint Luc (Mons)  dans le domaine des travaux publics.  Sa vie professionnelle l’emmènera à Lokeren (en tant que délégué commercial pour une société de conditionnements d’air), à Charleroi, à Grand Bigard….
C’est à la naissance de Marie-Caroline, en 1979, que Brigitte et Jacques emménagent à la rue du Sart.  Viendront ensuite Baptiste et Remi, qui suivront leurs études aux villages, à l’Ecole communale d’Ittre…
Alizée Olivier, conseillère communale MR
Alizée, âgée de 24 ans, est la plus jeune conseillère communale d’Ittre. Elle a toujours habité dans la commune, au quartier du Croiseau.  Après sa scolarité, à Bois-Seigneur-Isaac, puis à Nivelles, elle poursuit maintenant des études en sciences politiques à Bruxelles. Elle termine actuellement un master en Relations Internationales à l’ULB.
login Design by ArtWhere - Powered by Neo-CMS