Brèves

Un importateur de vin Bio à Virginal

Emmanuel Bonaventure est originaire de Rixensart.  Il y a près de 12 ans, il fait partie des familles qui ont racheté l’ancienne Ecole des Sacrés Cœurs de Virginal pour en faire l’habitat groupé de La Tarlatane, juste en face de l’église.  Tom (10 ans) et Barnabé (9 ans) fréquentent l’école communale de Virginal.

Après avoir exercé 15 ans en tant que bijoutier, Emmanuel décide de suivre, en soirée, des cours de dégustations de vins (œnologie), pour assouvir sa passion pour les vins. En 2008, il est engagé par un négociant namurois de vins.  Au fil du temps, il est sensibilisé au vin bio : « A un moment, je me suis posé la question : Dois-je continuer à vendre des vins dont je ne connais rien ?  Pour ma santé et celle de mes proches, mais aussi pour les vignerons, qui sont les premiers exposés aux problèmes de santé générés par les produits utilisés lors du traitement des vignes.  Que pouvais-je faire ?  J’avais le sentiment que, en tant que consommateur, j’avais le pouvoir de faire un choix qui avait du poids. Même si c’est parfois plus cher et moins accessible, ce choix est important. »

Il est vrai qu’il n’est pas toujours facile de s’y retrouver, quand on est consommateur et qu’on veut acheter une bouteille de vin, entre les différents labels et certifications.  D’abord, il y a la production conventionnelle, qui est en nette diminution ces dernières années en Europe.  Le producteur utilise les produits et les traitements autorisés par l’Union européenne.  Et ils sont nombreux, incluant des produits de synthèses ou des OGM.  La lutte raisonnée va un peu plus loin dans la démarche, en utilisant toujours des produits de synthèse, mais en moindre quantité, uniquement en cas de nécessité.  
Du bio au naturel
Ensuite vient la production bio, couverte par une certification et un contrôle, où les produits de synthèses sont interdits.  Depuis 2012, la certification porte sur la production des raisins ET l’étape de la vinification.  Par contre, pour les vins avant 2012, seules la production de raisins était certifiée bio, mais pas la vinification.  Ce qui signifie que des produits pouvaient être introduits dans le vin avant la mise en bouteille.
La biodynamie est basée sur les études de Rudolf Steiner, utilisant les principes de l’agriculture biologique mais en y ajoutant des principes de productions ésotériques : rythmes lunaires et planétaires, rites, etc.  Une certification existe : Demeter (qui inclut la certification bio).
Enfin, les vins ‘nature’ ou ‘naturels’, ne sont pas nécessairement bio (même si beaucoup ont la certification) et ne bénéficient d’aucune certification officielle (même si certains labels existent).  Le principe ici est de fabriquer un vin uniquement à partir du jus du raisin, sans stabiliser sa vinification à l’aide de soufre, qui est autorisé dans le vin bio pour stopper la fermentation.  « Ce sont des funambules ou des équilibristes du vin.  Il faut trouver le bon équilibre pour que le vin ne devienne pas du vinaigre.  Le goût du vin est différent, et va changer.  Cela produit des vins plus légers, avec nettement plus de fruits, légèrement pétillants.  Il est difficile de s’y retrouver, mais il existe des spécialistes pour cela » explique Emmanuel Bonaventure.

Dans ce monde du vin, l’importateur virginalois a décidé de se concentrer uniquement sur les vins issus de domaines de petit taille, européens et certifiés bios.  « J’importe directement depuis le vigneron, sans passer par un intermédiaire.  Je fais une première prospection dans les salons du vin, ensuite je soumets les vins que j’ai trouvés à un comité de dégustation indépendant (composé d’Olivier Rotiers (Champion européen de dégustation)  et Robert Rouelle (Sommelier)).  Après cette sélection, je vais à la rencontre du vigneron, dans son domaine, où j’apprends plein de choses : la nature du sol, sa manière de travailler, etc.  Enfin, je commande son vin et je le mets en vente. Ce sont principalement des produits exclusifs que je suis le seul à proposer en Belgique »
Le vin au vert
Au total, près de 10.000 bouteilles, issues de 14 domaines, sont stockées à Virginal.  « Le vin au vert » (le nom de la société lancée il y a quelques mois) livre les restaurants, les cavistes et les associations (pour les fêtes d’écoles, soupers, etc.) mais aussi les particuliers, pour des quantités de demi-gros (minimum 6 bouteilles et 150 EUR de commande), via son site internet www.levinauvert.be.  Le prix des vins oscille entre 7 et 20 EUR.  
Mais pour Emmanuel, la vente en ligne n’est pas une fin en soi, c’est un support qui permet de passer commande.  Un jour peut-être, on retrouvera ses vins dans les commerces et restaurants de nos villages.  Mais en attendant, il organise un salon du vin bio (le 18/11 au Rideau Rouge à Lasne), où les 14 producteurs seront fiers de présenter leur production et où les visiteurs pourront déguster les vins bios proposés par le virginalois.

Ludovic Devriendt
Date de dernière mise à jour : 08/10/2015
Portrait : Je suis Tamoul, je vis à Ittre !
Le mois passé, nous découvrions le contexte violent du Sri Lanka. Des voisins en ont échappé et demandent l’asile en Belgique. Ici, « les gens sont comme çà ! », dit-il le pouce levé.
Chères ouailles
Depuis quelques années, j'ai pris l'habitude de discourir à l'occasion de ma Fête annuelle et, incidemment, à l'occasion de la Fête des associations de notre beau village ...
Et une habitude, ça peut devenir chronique…  C'est pourquoi je reprends  la plume céans...

login Design by ArtWhere - Powered by Neo-CMS