Brèves

Des stars (du web) pour sauver la planète

Norman, Natoo, EnjoyPhoenix, Jhon Rachid, PV Nova, Angèle, Philippe Geluck, Bruno Coppens, les frères Dardenne, Jaco Van Dormael, Saule, Typh Barrow, Henri PFR, BJ Scott et encore d’autres ont tous au moins deux points en commun : (1) Ils sont connus et suivis par une plus ou moins grande communauté de fans. (2) Ils ont décidé de se lancer dans une grande campagne, sur les réseaux sociaux, afin de mobiliser un maximum de personnes pour lutter contre le réchauffement climatique global.

Le mouvement a démarré en France avec la campagne : « #OnEstPrêt ». Une vidéo virale (elle a généré dix millions de vues !) qui encourage chacun à poser ‘’un seul geste’’ pour préserver l’environnement.

Il a inspiré les célébrités belges, qui ont lancées à leur tour  la campagne : « J’peux pas, j’ai climat ». Une vidéo en ligne qui incitait, quant à elle, à participer à la grande marche pour le climat qui a eu lieu le 2 décembre à Bruxelles, premier jour de la COP24.

D’autres initiatives sur la même thématique se multiplient par ailleurs sur la toile : « Partager c’est sympa », « Le biais vert », « Il est encore temps », « # 1000solutions », etc… Mais aussi dans la ‘’vraie vie’’ : par exemple, près de chez nous, les commerces de proximités qui favorisent les circuits courts, Energ’Ittre, la coopérative citoyenne énergétique, nos agriculteurs qui ont fait le choix d’une agriculture responsable, les personnes qui privilégient la mobilité douce et le covoiturage, etc… Donc, pas d’excuse, même si vous avez raté la grande marche du 2 décembre, pour passer à l’action et faire quelque chose, à votre échelle, pour le climat !

Quelle sera la portée réelle de ces actions ? Auront-elles, ne fut-ce qu’un impact minime, sur le changement climatique ? … Probablement pas ! Ou en tout cas, pas directement ! Mais, elles ont toutefois le mérite de sensibiliser à la problématique et de mettre en action les citoyens! Ceux qui sont déjà convaincus ? … Probablement ! Les algorithmes de ciblage des différents réseaux sociaux ont la (fâcheuse) tendance à nous montrer, en priorité, ce qui nous plait  (ou tout le moins, ce que nous ‘’consommons’’ déjà). Et d’autre part, il est difficile de sortir de nos habitudes/certitudes, surtout quand leur impact n’est pas directement visible.

Mais parfois, il suffit d’une étincelle pour basculer dans ‘’l’autre camp’’! Et, si on en croît la statistique (contestée) d’Erica Chenoweth, il suffirait que 3.5 % de la population se mobilise de manière continue pour créer un changement profond dans la société! Il est donc permis de penser (d’espérer) que ce sont des initiatives comme celles-ci qui vont convaincre, durablement, de plus en plus de personnes. Et conduire (par un renversement des rapports de force) à la mise en place de changements systémiques majeurs : seuls moyens de réduire nos émissions de gaz à effet de serre de 70% d’ici 2030 comme le préconisent les scientifiques du GIEC !

Dans tous les cas, réussite ou échec, on préfère voir se multiplier de telles initiatives, sur les réseaux sociaux, en lieu et place des (bêtes) (et dangereux) défis comme on l’a vu ces dernières années. Et la multiplication, dans la ‘’vraie vie’’, d’actions individuelles au service de la communauté (et de la nature !), plutôt qu’au service de son confort personnel, même si elle n’arrive pas à nous préserver du changement climatique, n’est pas une mauvaise chose en soi.

Karim Sarton
Date de dernière mise à jour : 08/10/2015
Jacques Wautier, échevin des travaux
Jacques Wautier est né à Tubize en 1955.  Ses études primaires, il les poursuit à l’école Saint Joseph de Tubize, avant de partir à l’Ecole normale de Braine-le-Comte pour ses secondaires.  C’est à cette époque qu’il rencontre sa future épouse, Brigitte Spreutels, aujourd’hui médecin à Ittre.  
Il poursuit ses études à Saint Luc (Mons)  dans le domaine des travaux publics.  Sa vie professionnelle l’emmènera à Lokeren (en tant que délégué commercial pour une société de conditionnements d’air), à Charleroi, à Grand Bigard….
C’est à la naissance de Marie-Caroline, en 1979, que Brigitte et Jacques emménagent à la rue du Sart.  Viendront ensuite Baptiste et Remi, qui suivront leurs études aux villages, à l’Ecole communale d’Ittre…
Alizée Olivier, conseillère communale MR
Alizée, âgée de 24 ans, est la plus jeune conseillère communale d’Ittre. Elle a toujours habité dans la commune, au quartier du Croiseau.  Après sa scolarité, à Bois-Seigneur-Isaac, puis à Nivelles, elle poursuit maintenant des études en sciences politiques à Bruxelles. Elle termine actuellement un master en Relations Internationales à l’ULB.
login Design by ArtWhere - Powered by Neo-CMS