Brèves

Fabienne Mollaert, Echevine de la Mobilité, de l'énergie, de l'Environnement et de la transition écologique, de la Participation et du Budget participatif

Fabienne Mollaert, échevine de la Mobilité, de l’Energie, de l’environnement et de la transition écologique, de la participation et du Budget participatif.

L’actualité nous le rappelle chaque jour, les enjeux dans lesquels Fabienne Mollaert a personnellement choisi de s’investir ne sont pas des moindres. Mais ces matières étant celles dans lesquelles elle avait déjà pu s’impliquer au niveau des conseils consultatifs, il lui a semblé tout naturel de les prendre en charge dans le cadre de son nouveau challenge en tant qu’échevine.
Un poste que Fabienne entend assumer à temps plein… et même plus ! C’est pourquoi elle a choisi de mettre sa carrière professionnelle entre parenthèses afin de pouvoir s’investir complètement pour la commune.

Né en 1969, Fabienne Mollaert a tout juste 50 ans. Mariée, elle a trois enfants de 16, 6 et 3 ans.
Elle habite notre village depuis presque toujours puisque c’est vers l’âge d’un an qu’elle arrive à Fauquez avec toute sa famille en provenance de Ronquières.
Sa scolarité s’est partagée entre Fauquez (école maternelle), Tubize (primaire) (où elle se rendait grâce à la Micheline qui circulait encore à l’époque entre Tubize et Écaussinnes en passant par Hennuyères et Fauquez) et Braine-le-Comte (secondaire). Après une escale à l’Académie Royale des Beaux-Arts à Bruxelles (4-5-6 sec), Fabienne démarre sa vie professionnelle chez Neuhaus, il y a 28 ans. C’est de cette époque que datent ses premiers engagements sociaux et politiques, puisque très rapidement elle embraya sur des formations qui lui permirent de devenir déléguée syndicale FGTB. Rien de surprenant à cela quand on sait que son grand-père défendit les couleurs du PS comme 1er échevin à Virginal (avant la fusion des communes) et que son père s’investit longtemps pour le même parti au CPAS de la commune.

La politique ? Une démarche et un investissement personnel

« Je vois la politique d’abord comme une démarche et un investissement personnel. Ce qui me plait dans celle-ci c’est d’être sur le terrain et d’essayer ainsi de faire avancer les choses dans le meilleur sens. C’est quelque chose que j’ai déjà essayé de faire comme conseillère communale. Mais ce rôle était plus limité. Je pense qu’en tant qu’échevine j’aurai plus de prises sur l’action. »
La nouvelle échevine a cependant conscience que tout n’est et ne sera pas possible. Mais quel que soit le contexte, il est essentiel pour Fabienne Mollaert que les choix d’action soient faits en concertation avec les gens concernés. Mais, « il faut aussi oser pouvoir dire aux gens quand c’est possible et quand ce n’est pas possible. Et surtout leur expliquer pourquoi. »

 Ne pas travailler seule

De même, « un.e échevin.e doit être un moteur (et je me suis inscrite à plusieurs formations pour mieux aborder mes domaines de responsabilité) mais il est aussi  important de s’entourer ou d’échanger avec des personnes qui ont des compétences dans les matières traitées. Et pour moi, cela n’a rien à voir avec une couleur politique ».
Pour tenter de répondre aux défis qui se présenteront à elle, Fabienne prévoit une série de démarches:

Mobilité
Son objectif serait que la commune d’Ittre obtienne le label « Commune pédestre » et que la mobilité douce soit accentuée d’ici la fin de son mandat. « Si on y parvient, je pense que j’aurai été utile ». Dans cette optique, une série d’actions sont prévues :
Consultations avec les riverains; être à l’écoute des conseils consultatifs de la mobilité et de la mobilité réduite; rendre praticables une série de sentiers intéressants, même s’il faut pour cela que la commune se réapproprie certains terrains ; continuer les aménagements « effets de portes »; remettre au goût du jour le Plan Communal de la mobilité; ….

Environnement
« Actions ET Réactions » seront ses axes de travail.
« Je voudrais inviter les gens à tendre vers le « zéro déchet ». D’abord en montrant l’exemple au sein des services communaux mais aussi en proposant à la population une sensibilisation au compostage.»
- Des maitres-composteurs pourront conseiller ceux qui souhaitent agir dans leur jardin
- Lancement des « Dimanches propreté  une grande action mensuelle de ramassage des déchets laissés au bord des routes et dans l’espace public, l’occasion de conscientiser de manière conviviale différentes générations d’habitants.
« Mais je préviens aussi que je compte être beaucoup plus réactive sur les dépôts sauvages qui, pour moi, doivent être punis  ».

Energie
«Mon défi, ici, est d’arriver à réduire sensiblement la facture « énergie » de la commune. Un audit des bâtiments communaux est en cours. Et je pense qu’avec l’aide de la coopérative Energ’Ittre on pourrait arriver à de bons résultats à ce niveau. Avec l’aide du PAEDC (Plan d’Action Local en Energie Durable et du Climat), nous allons aussi faire en sorte de respecter les diminutions de CO2 qui ont été convenues dans la Convention des Maires à laquelle nous avons souscrit.».

Participation citoyenne et budget participatif
« Il y a déjà pas mal de citoyens actifs sur notre commune, souvent les mêmes. J’aimerais essayer d’inclure plus de gens dans les projets qui se développent parfois au sein d’une rue ou d’un quartier. » Pour le budget participatif, il y aurait un appel à projet par an. Un projet pris en charge par un comité de quartier, une association, … qui devra porter le projet de A à Z et auquel la commune apportera son aide avec un budget déterminé selon le type de projet.

Vous l’aurez compris, les idées de projets sont nombreuses.  
« Et la porte reste ouverte ! », ne manque pas de préciser Fabienne pour conclure notre entretien.

Nathalie Lourtie
Date de dernière mise à jour : 08/10/2015
Jacques Wautier, échevin des travaux
Jacques Wautier est né à Tubize en 1955.  Ses études primaires, il les poursuit à l’école Saint Joseph de Tubize, avant de partir à l’Ecole normale de Braine-le-Comte pour ses secondaires.  C’est à cette époque qu’il rencontre sa future épouse, Brigitte Spreutels, aujourd’hui médecin à Ittre.  
Il poursuit ses études à Saint Luc (Mons)  dans le domaine des travaux publics.  Sa vie professionnelle l’emmènera à Lokeren (en tant que délégué commercial pour une société de conditionnements d’air), à Charleroi, à Grand Bigard….
C’est à la naissance de Marie-Caroline, en 1979, que Brigitte et Jacques emménagent à la rue du Sart.  Viendront ensuite Baptiste et Remi, qui suivront leurs études aux villages, à l’Ecole communale d’Ittre…
Alizée Olivier, conseillère communale MR
Alizée, âgée de 24 ans, est la plus jeune conseillère communale d’Ittre. Elle a toujours habité dans la commune, au quartier du Croiseau.  Après sa scolarité, à Bois-Seigneur-Isaac, puis à Nivelles, elle poursuit maintenant des études en sciences politiques à Bruxelles. Elle termine actuellement un master en Relations Internationales à l’ULB.
login Design by ArtWhere - Powered by Neo-CMS